Combattre pour des idées – Au sujet du romantisme révolutionnaire

contreculture
Pour nous autres révolutionnaires, le romantisme est mal perçu. Il représente une vision du monde opposée au matérialisme que nous défendons, une vision qui n’est pas basée sur des faits purs et clairs, sur des vérités scientifiques vérifiables. Ce combat se situe au niveau des idées abstraites, des grands principes et des mythes. Malgré ce juste rejet, notre but ici est justement de revenir sur la part de mythe qui anime tout combat politique.

Disons-le clairement : bien que nous basions notre réflexion politique sur une lecture matérialiste du monde, notre engagement est aussi marqué par des symboles, des valeurs, des références culturelles, des moments légendaires. L’émotionnel y tient une place importante, et détermine souvent nos choix, bien que nous ayons tendance à les présenter comme étant le résultat de simples décisions rationnelles ou d’impératifs sociaux. Nous disons : « Je milite, parce que je combats pour une société plus juste, plus rationnelle, moins destructrice. J’ai un intérêt objectif à ce changement de société ». Ou encore dans le sens inverse : « cette personne ne milite plus et nous critique, cela s’explique par sa classe sociale, ses propres intérêts objectifs. Son choix était écrit d’avance. »

Combien de ces choix sont en réalité surtout motivés par un sentiment d’appartenance à un groupe, un plaisir de participer à des moments rares, de partager des références communes, des haines et des bonheurs avec ses camarades ? Et combien d’autres choix sont explicables par le malaise et la frustration que l’on ressent lorsque l’on ne maitrise pas les codes militants, que l’on n’ose pas prendre la parole en réunion, que l’on lit des textes pour faire plaisir à ses camarades sans vraiment en comprendre le fond – bref, que l’on simule son engagement plus qu’on ne le vit ?

Assumons ce besoin de ré-enchanter la vie politique. Pour prendre en compte notre engagement de manière lucide, il est nécessaire de réfléchir à ses raisons, à ses moteurs, de les mettre à nue sans folklore ni mauvaise foi. Ensuite nous pourrons travailler plus efficacement à le partager, c’est-à-dire à convaincre des personnes de la justesse de nos idées, et plus encore, nous parviendrons à les intégrer dans notre mouvement collectif.

Nos premiers pas en politique ont souvent été déterminés par des facteurs n’étant pas directement rationalisables. Il est rare de devenir révolutionnaire après avoir lu le Capital et avoir été convaincu par la justesse de l’analyse développée par Marx. En premier lieu, nous avons été marqués par une affiche frappante, un film, une histoire familiale, un beau moment passé avec des personnes dont les qualités humaines et la camaraderie nous ont marqués et motivés. A contrario, une violence subie dans notre vie sociale ou professionnelle peut nous pousser à nous engager contre une certaine forme d’oppression. Mais une injustice arrivée ailleurs dans le monde a parfois un poids encore plus important. Un récit de violences policières quelque part, un reportage sur une guerre d’agression ou sur la misère dans un pays, sont des raisons considérées comme moins nobles et sérieuses car trop « humanitaires ». Pourtant, il est souvent plus facile au départ de se sentir solidaires d’une cause qui nous est étrangère que de se considérer comme étant soi même un sujet politique, opprimé-e ou rouage d’un système plus large.

Le poids de notre histoire occupe aussi une place importante dans nos projets et nos motivations. Si le capitalisme a tenté de tuer Che Guevara une deuxième fois en mettant son portrait jusque sur les paquets de clope, la vie et les citations de ce révolutionnaire par excellence, si populaire, ont pu jouer un rôle positif dans nombre de vocations politiques radicales. De même pour les images de la Révolution russe, les récits de la Makhnovtchina, les photos de manifestations combattives des années 70, les reportages sur les Black Panthers, les slogans féministes ou encore les chansons libertaires. Reconnaissons que lire « Pour qui sonne le glas » ou voir « V pour Vendetta » est plus entrainant qu’une dizaine de tracts syndicaux.

Il ne faut bien sûr négliger aucune forme d’action politique. Mais il apparait aujourd’hui important d’assumer cette part de symboles et de mythes mobilisateurs communs, pour construire un imaginaire révolutionnaire positif.

Celles et ceux qui nous rejoignent ont besoin de symboles, de moments forts, d’exemples et d’images, mais les analyses aussi rationnelles soient elles ne sont pas suffisantes pour créer plus que de la sympathie ou de l’approbation.

Prenons l’exemple des autonomes et des appelistes. Avec leurs livres comme l’Insurrection qui vient, leurs tags amusants et leurs techniques de manifestation rompant avec l’ennui des mobilisations syndicales, ces mouvements ont construit avec succès un imaginaire – peu importe que l’on soit d’accord ou non avec le fond théorique qui est développé derrière, et que l’on peut considérer de manière très critique. D’un autre côté, nous serons d’accord pour admettre qu’une organisation comme Lutte Ouvrière, malgré ses dizaines de bulletins d’entreprise et ses journaux théoriques, est austère au possible. Si elle développe son propre imaginaire collectif, celui-ci est très fermé et manque de vie. La révolution aura du style ou ne sera pas. Un style dans lequel les classes populaires peuvent se reconnaître, qui motive l’engagement plutôt qu’il ne décourage.

Pas besoin d’écrire tout un opéra sur la vie héroïque des guérillas d’aujourd’hui. Des clips simples, une communication soignée, de bons mots d’ordre combatifs, des rencontres et une camaraderie exigeante sont autant de choses sur lesquelles nous devons travailler et que nous redéveloppons actuellement. Car pour nous, au-delà de tout mouvement national et de toute lutte sectorielle, l’impératif de la lutte révolutionnaire est plus que jamais d’actualité.

Cet article, publié dans Actualité de la lutte et rapports de force, Analyse, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s