Berkin Elvan partout, dans les têtes et sur les murs

Publié dans Actualité de la lutte et rapports de force | Tagué , , , , , , , | Laisser un commentaire

iNo Pasaran! لن يمرّوا – Klay BBJ

Publié dans Musique | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

Nouvelles de Suède

Le 8 mars au soir à Malmö (Suède), en rentrant d’une manifestation pour les droits des femmes, des antifascistes ont été pris à parti par les nazis du « svenskarnas parti ». Quatre camarades se sont fait poignarder.

Trois sont sortis d’affaire, mais l’un d’eux, Showan, est dans un état grave. Il est plongé dans le comas, entre la vie et la mort.

Rappelons que les nazis sont présents en suède et tentent de prendre pied dans les quartiers populaires. Il y a quelques temps, une attaque armée d’une quarantaine de fascistes du Nordfront contre un rassemblement progressiste à Kärrtorp dans la banlieue de Stockholm avait été repoussée par la vigilance de militants de l’Action Antifasciste et du Front Révolutionnaire, qui avaient chassé les nazis jusque dans les bois. Des manifestations d’une ampleur historique avaient suivi pour protester contre la violence fasciste, couverte par le gouvernement (rappelons que la police protège ces assassins et que les révolutionnaires du RevFront subissent perquisitions, arrestations arbitraires et peines de prison pour leur activité courageuse).

Cette agression est peut être une vengeance, elle s’inscrit en tout cas dans un climat de violence contre les progressistes et les minorités nationales.

Notre devoir est de publier et de relayer ces informations en solidarité avec tous ceux et toutes celles qui partagent notre cause, et se tiennent debout face aux agressions et à la répression.

« Kämpa Showan »! Ne baisse pas les bras Showan! On pense à toi.

Publié dans Actualité de la lutte et rapports de force | Tagué , , , , , , , , , , | 1 commentaire

Internationalisme appliqué

concert philippines

Image | Publié le par | Tagué , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

8 mars révolutionnaire

8 mars révolutionnaire

Image | Publié le par | Tagué , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

¡G.A.R.I!

Publié dans Cinéma et télévision | Tagué , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Le joli moi de mai

Publié dans Cinéma et télévision, Histoire | Tagué , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Pour un 8 mars des femmes des quartiers populaires

Publié dans Soutien | Tagué , , , , , , , | Laisser un commentaire

Soutiens ta scène

molotov MDB

Image | Publié le par | Tagué , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Les bases du mouvement social

Publié dans Cinéma et télévision | Tagué , , , , , , | Laisser un commentaire

Esthétique

defend revolutionary base area

Image | Publié le par | Tagué , , , , , , , | Laisser un commentaire

Les êtres meurent, les idées vivent

antifa propaganda

Image | Publié le par | Tagué , , | Laisser un commentaire

Logic feat Shadia Mansour – So Serious

Publié dans Musique | Tagué , , , , , , , | Laisser un commentaire

Lyon résiste

Lyon Antifa

Image | Publié le par | Tagué , , | Laisser un commentaire

Une seule solution: la révolution

revolution only solution

Un communiqué en anglais de nos camarades de l’Action rouge, groupe communiste révolutionnaire croate. Il décrit et analyse la situation explosive actuelle dans les Balkans.

Protest started on 4th of February in the industrial city of Tuzla. Workers of several privatized companies based in Tuzla organized a protest (without the help or support of trade-unions) demanding the cancellation of privatizations and against closing-down of the factories. They were joined by large number of people from the city and the region, especially students and unemployed youth.
– In the next few days, solidarity protests were organized in several other cities in Bosnia and Herzegovina. This was not the first mobilization in Bosnia of this kind, but a continuation of earlier protests against poverty and corruption that are frequent in the last few years not just in Bosnia, but in many countries in the region (Bulgaria, Romania, Croatia, Slovenia etc.). Bosnia has the lowest average wage of all these countries and has significantly larger rates of youth unemployment than Greece, Spain or Croatia.
– The protests that started last week were much more numerous than previous protests. Also, the protesters very successfully defended themselves against police repression. On 7th and 8th of February, the protesters managed to occupy and partly burn several local and state government buildings in Tuzla, Zenica, Bihac, Mostar and Sarajevo, including the building of Presidency in Sarajevo. They have also forced several regional governments to officially resign. (Due to the complicated ethnicity-based political system, regional governments have bigger powers than the state government).
– On Sunday, 11th of February, coordinated by the EU, governments of Croatia and Serbia interfered. On the same day, government of Serbia met with ethnically Serb politicians from Bosnia and Herzegovina and Croatian prime-minister visited ethnically Croat politicians in the city of Mostar in Bosnia-Herzegovina. Since then, Croatian media and politicians have started an aggressive campaign claiming that the protest are not social protest at all but are oriented against the Croats in Bosnia and Herzegovina. The Serbian media and politicians have started a similar campaign claiming that the protests are the “beginning of a Muslim war against Serbs”. However, the protests have spread not just to ethnically mixed cities like Tuzla or Mostar but also to predominantly Croat towns like Livno and Orasje, and predominantly Serb towns like Prijedor and Bijeljina. Also, Turkish foreign minister Mehmet Davatoglu has visited Sarajevo, met with politicians and the Islamic Community and promised that Turkey will prevent a war “like one in the nineties”.
– Unlike in Ukraine, the EU has condemned the protesters and not the Government. The highest level of power in Bosnia and Herzegovina in not the state of regional government, but the “Office of Hight Representative”, a kind of colonial governor appointed by the EU with support from the United States. Current “High Representative”, an Austrian called Valentin Inzko, has promised that the EU will intervene militarily if the protests continue. Several other EU and US official have called for a faster “NATO integration” in Bosnia to “ensure stability”.
– During the past weekend, the protesters in several cities such as Tuzla, Sarajevo and Mostar have organized “plenums”, peoples’ assemblies that aim to substitute the falling political structures on regional level. The plenums have since been organized in dozens of cities and towns, big and small, all over Bosnia and Herzegovina. The demands of plenums are similar: resignation of governments, cancellation of privatizations, release of the arrested protesters etc. Contrary to propaganda in the western media, no plenum has demanded any involvement by the “international community”.
– Hundreds of people in Bosnia and Herzegovina have been beaten and arrested by police in Bosnia and Herzegovina, many of them “preventively” and many for “supporting protests” on the internet.
– Solidarity protests are being organized in Croatia and Serbia this week.

The peoples’ rebellion in Bosnia and Herzegovina which is an anti-nationalist and social rebellion is being attacked by the reactionary alliance of the imperialist forces (EU, US), regional expansionists (Turkey, Croatia, Serbia) and local chauvinist political elites. The joint attempt of these forces to try to separate workers and peoples of Bosnia and Herzegovina along ethnic and sectarian lines to secure their own influence, proves once again that imperialism can not solve the national question in the Balkans. It in fact produces these divisions and tries to use them as a last line of defense of the system against the peoples’ rebellions. For this reason, it is of great importance to support the current struggle in Bosnia and Herzegovina, to combat misinformation and reactionary propaganda and to fight against foreign involvement of powers trying to suffocate the rebellion.

Spread the word, build new barricades, strengthen the struggle!

Red Action (Croatia)

Image | Publié le par | Tagué , , , , , , , | Laisser un commentaire

Aimer le street art, bolosser les nazis

Publié dans Soutien | Tagué , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Le camp du mensonge

complotistes

Le nationalisme se caractérise par un culte absolument fondamental du mensonge comme arme politique. De Goebbels qui théorisait le mensonge comme arme de propagande à François Duprat (néofasciste, fondateur du FN) qui se ventait d’inventer chiffres et noms pour ses livres « historiques », cette stratégie a toujours été une constante historique.

Car un dirigeant nationaliste ne peut pas être sincère: il y a toujours un décalage entre les actes et la parole, entre l’idéalisme idéologique et les magouilles du quotidien. Les identitaires nous bassinent avec leur « révolte contre le monde moderne » et se prennent en photo en boîte de nuit, Zentropa publie des planches de bédés d’un dessinateur marxiste en disant que les « rouges ne lisent pas », le GUD agresse un couple mixte puis défend Bruno Gollnisch (marié à une japonaise) et pour revenir à Duprat, celui ci partait dans des envolées lyriques révolutionnaires tout en négociant son aide à la droite gaulliste.

La lutte contre le « matérialisme », l’auto-glorification, la mystique militante, le refus affiché d’une prétendue « pensée unique » (pas celle de TF1 en tout cas!), conduisent à tous les mensonges possibles, à une intoxication systématique au service de la cause – c’est à dire la nécessité d’encadrer les révoltés pour les conduire sur une voie de garage.

Et dans la période actuelle de grande confusion idéologique, où comme nous l’avons expliqué l’effondrement de la social-démocratie favorise le ralliement de larges pans de la petite-bourgeoisie (et de prolétaires) à l’option fasciste, cette tendance se renforce.

Prenons la manifestation antifasciste ayant eu lieu à Paris le week end dernier. Un incontestable succès, rassemblant plusieurs milliers de personnes, très largement autonomes par rapport aux partis et organisations de la « gauche ». Soyons clairs, cette manifestation était une démonstration de force pour le courant de l’antifascisme auquel Feu de Prairie se rattache: un courant autonome, radical dans ses formes de lutte, s’organisant sur des bases de classe, et refusant à la fois l’islamophobie raciste et l’antisémitisme complotiste. Un pari réussi puisque la manifestation était très populaire, avec un cortège pro-palestinien aux slogans pertinents, des groupes féministes, des communistes révolutionnaires… Et beaucoup de gens extérieurs au milieu militant.

Que voit on sur internet? Les commentaires des fascistes ont bien évidemment fleuri. A défaut d’occuper la rue, les guerriers nationalistes paradent sur facebook et youtube (on a les champs de bataille qu’on mérite…). Que disent ces commentaires? En gros: les « antifas » seraient la milice de Valls, seraient sionistes, tous blancs, casseurs professionnels et bourgeois. Allons bon! Il y a quelques temps, les « antifas » étaient des crasseux métisses indisciplinés… Il faudrait savoir.

Reprenons. Face à des images d’un cortège véner, métisse et populaire, arborant des drapeaux palestiniens, les fascistes répètent en boucle que ce sont des blancs sionistes à la solde du PS. Non mais allo! ALLO! Jusqu’à quel point sont ils prêts à répéter en boucle les phrases de Soral? Quels mensonges sont ils prêts à gober volontairement? Vont ils aller jusqu’à expliquer que les syndicalistes sont en fait des bobos millionnaires masqués, et les noirs et arabes des blancs déguisés? Sérieusement?

D’un point de vue plus politique, ils est intéressant de voir les clichés qu’ils convoquent pour appuyer leur discours: le bourgeois blanc casseur, ne travaillant pas, profitant des allocations, crachant sur le drapeau. Oui, ces courageux commentateurs soraliens « pourfendeurs de la pensée unique » dressent le même portrait du gauchiste qu’un électeur de Sarkozy, en somme… Très subversif. Il y a aussi « l’islamo-gauchiste » ou « l’assassin communiste », clichés utiles à convoquer, même si ils sont un peu datés. On aura pas échappé non plus au mythique financement sionisto-socialiste des antifas. Voilà où les fafs en sont réduits: ils croient sincèrement pour certains que Valls se crée des troubles à l’ordre public ou que le « sionisme » paye des casseurs pro-palestiniens. Bientôt, ils nous diront que le mouvement pro-palestinien lui même est une invention du Mossad*.

Vient alors la question de la répression: les visuels complaisants ont fleuri sur facebook, comparant la répression du Jour de Colère à celle des manifestations antifascistes (notamment celle de Rennes). Le but étant de démontrer la prétendue protection occulte dont ces dernières bénéficieraient. Petit rappel. Jour de Colère: 19 policiers blessés, slogans antisémites, émeute. Condamnations des interpellé-e-s: anecdotiques. Alors qu’à Paris ou Lyon, les antifas arrêtés (parfois même préventivement) subissent de très lourdes condamnations. Comparons les « manifs pour tous » à un mouvement social (CPE, Retraites…). Dans le premier, malgré les nombreux soirs d’émeutes, aucune condamnation sérieuse n’a été enregistrée. De l’autre côté rappelez vous des condamnations hallucinantes des mouvements sociaux (amendes, sursis, prison), des lycéens et ouvriers éborgnés au flashball, des blessures par centaines et des manifestations interdites. La bourgeoisie sait reconnaitre les siens.

L’explication est pourtant simple: les nationalistes n’inventent pas ces bobards pour le plaisir. Ils les inventent, et décident d’y croire, car ils en ont fondamentalement besoin pour justifier leur position et leur action. Leur violence raciste et sexiste, leur défense acharnée du capitalisme français et de l’impérialisme colonial, ne peuvent passer pour des postures « anti-système » qu’en distordant profondément la réalité. Pour refuser de voir Zemmour et Dieudonné partager un repas ou Soral sympathiser avec les sionistes Gilles-William Goldnadel** et San Giorgio, il faut que tout cela soit un complot. Pour refuser d’assumer pleinement le fascisme et sa violence, il faut que les antifascistes soient manipulés par le système***. Sinon, tout s’écroule. Le « dissident » apparait pour ce qu’il est vraiment, c’est à dire un défenseur de la barbarie, prêt à toutes les lâchetés et toutes les trahisons pour ne pas perdre sa place sociale. Le mensonge permet de couvrir le juteux business de la subversion, ses ventes de t-shirts et de mugs, ses conférences de rebelles sur sofas. Mais comme disait l’autre, les faits sont têtus… Le retournement accusatoire est une stratégie limitée.

Les mêmes qui appellent à égorger les antifascistes et gazer les « métèques » jouent aux victimes quand une vitrine est cassée; ceux qui appellent à une répression totale de nos mouvements s’étonnent que nous combattions leur liberté à diffuser des mensonges révisionnistes ou racistes.

Qu’ils continuent de rager, qu’ils se créent des ulcères. Pour notre part, nous savons où nous sommes, qui marche avec nous, et pourquoi nous combattons. Mains propres et esprits clairs, nous avançons.

D.

* L’extrême droite sioniste, elle, ne s’y trompe pas, ressortant exactement les mêmes arguments que les soraliens! « Casseurs, bolchéviques, antifrançais », etc, c’est la foire: http://latlantiste.blogspot.fr/2014/02/fascisme-rouge-et-haine-anti-francaise.html#more

Quant à la LDJ, elle a publié un appel à combattre les antifascistes. Encore une fois, antisémites soraliens et sionistes racistes se retrouvent ensemble. Tout est dit!

** http://reflexes.samizdat.net/spip.php?article501

*** La citation de Churchill (personnage ayant d’ailleurs longtemps défendu Mussolini et Franco) qui dirait que « les fascistes de demain s’appelleront antifascistes » est d’ailleurs fausse, et n’apparait dans aucun de ses textes ou discours. Cela n’empêche pas les fafs de l’employer à tort et à travers. Encore un enfumage.

Publié dans Analyse | Tagué , , , , , , , , , , | 3 commentaires

Rennes – Paris: un week end antifasciste réussi!

Publié dans Actualité de la lutte et rapports de force, Manifestation | Tagué , , , , , , | Laisser un commentaire

Février 1934

Front populaire

Le 6 février 1934, suite à l’affaire Stavinsky et au limogeage du préfet Jean Chiappe, proche de l’extrême droite, les ligues d’extrême droite (Action française, jeunesse patriote, etc), les anciens combattants (les Croix de Feu nationalistes, l’UNC de droite et l’ARAC satellite du PCF) défilent dans les rues de Paris. Le PCF appela les ouvriers à manifester contre le gouvernement, contre la sociale démocratie et contre les ligues fascistes.

Les mots d’ordre anti-parlementaires, contre la République (la Gueuse), contre les voyous (du gouvernement), en soutien à Chiappe, mais aussi contre les Francs-Maçons, les juifs et les métèques ont permis de rassembler sur des bases très larges des organisations rivales. Leur but est de prendre d’assaut l’Assemblée Nationale. Des manifestants, rejoints par l’UNC, Solidarité française et l’ARAC, font basculer cette nuit dans l’émeute, les combats de rue et les incendies afin d’aller occuper l’Assemblée. On compte plusieurs centaines de blessés et plus d’une dizaine de morts.

Malgré l’émeute, le coup de force des ligues, sans objectif clair et sans plan défini, est un échec. Ce défilé des extrêmes droites devait amener à une réponse de la gauche et des communistes. C’est ainsi que le 9 février, le PCF, renvoyant dos à dos extrême droite et sociaux-démocrates, appela seul sur des mots d’ordre antifascistes, sociaux et contre la sociale-démocratie.

Des milliers de manifestants, aussi bien socialistes que communistes, descendirent dans les rues. On compte 6 mort et plusieurs centaines de blessés suite aux affrontement avec la police et la mise en place de barricades. La CGT appela à une journée de grève nationale le 12 février contre la menace fasciste et pour la défense des libertés publiques. Le parti socialiste relaya l’appel et le PCF et la CGTU finirent par s’y rallier du fait du mécontentement de la base. Dans toutes les villes la grève fut un succès et les cortèges socialistes et communistes finirent souvent par se rejoindre au cri de « Unité ! ».

Ce rapprochement des communistes et des socialistes préfigurait le Front Populaire de 1936, dont l’arrivée au pouvoir se fit sur fond de grève générale. La pression continue des ouvriers obligea le gouvernement à adopter des mesures sociales radicales afin de désamorcer le potentiel révolutionnaire de cette période. Le marasme économique d’une crise qui n’en finissait pas depuis son apparition en 1929 aux Etats-Unis et dont les répercussions mirent quelques années avant de se faire sentir en France, conduisit le Front Populaire à la démission en 1938, l’opposition venant principalement d’extrême droite.

La France ne put parvenir à sortir de cette crise que grâce à son économie de guerre. Suite à la défaite militaire en 1940, l’Assemblée Nationale fit voter les pleins pouvoir à Pétain qui engagea le pays sur la voie de la collaboration avec le régime nazi. La majorité des députés socialistes ont voté pour les pleins pouvoirs et donc pour la prise de pouvoir du fascisme, confirmant ainsi la position, qualifiée de sectaire, du Parti Communiste qui refusait tout rapprochement avec la sociale-démocratie 6 ans plus tôt.

Pour résumer : « Ils voulaient le réformisme pour éviter le fascisme et la guerre, ils eurent les trois ».

La comparaison entre le 6 février 1934 et le mouvement interclassiste des bonnets rouges, des manifs pour tous et du jour de colère, ne peut être évitée. Elle peut au mieux être nuancée. Tous ces mouvements se noient dans des dénonciations stériles, populistes et/ou réactionnaires. Des moments de violences ont été tentés et prémédités (manif pour tous qui cherche à aller sur les Champs-Elysée, destruction des radars et des portiques écotaxes, ou encore le coup de force contre la police et les journalistes pour jour de colère). Nous ne refusons pas, par une position moraliste et idéaliste, la violence. Cependant nous savons qu’elle est le résultat d’un rapport de force considéré suffisant et d’une confiance en soi importante. Ces « tours de chauffe » des mouvements d’extrême droite et/ou petits-bourgeois leur permet de tester leur force et leur capacité à imposer leur vision des choses.

Le recul du gouvernement social-démocrate sur la PMA ou la suppression du terme « genre » dans les circulaires ministérielles démontrent la puissance acquise par l’extrême et l’incapacité du gouvernement à essayer de lutter contre. Ceci n’est pas un scoop. Le gouvernement ne cesse de mener une politique d’immigration extrêmement dure et ne cesse de réprimer les embryons de mouvements sociaux. La dénonciation des sketchs racistes de Dieudonné ne permet que d’accréditer la position victimaire de la fachosphère se battant pour sa conception de la liberté d’expression. C’est-à-dire sa liberté à dire ce qu’elle veut et donc à se propager librement. Le gouvernement est devenu l’allié objectif de l’extrême droite qu’il prétend combattre tout en se vantant d’expulser plus d’étrangers que l’UMP.

Nous devons alors prendre la pleine mesure des enseignements du passé.

Refuser toute accointance entre l’extrême droite et les idéologues dits de gauche est une nécessité absolue, pas du sectarisme. Le refus de toute lutte commune avec la sociale-démocratie est une nécessité absolue. Il n’y a aucune alliance possible avec les alliés objectifs du fascisme, de la contre-révolution. Les délires patriotiques voire nationalistes du réformisme « radical » doivent être combattus à tout prix. Comme doit être combattu toute idée de réformisme, qui ne peut mener les travailleurs qu’à la catastrophe. La seule lutte efficace contre le fascisme est la révolution sociale, articulée autour des problématiques de l’hétéropatriarcat et de la race (prise comme construction sociale). C’est-à-dire une révolution luttant contre tous les systèmes de domination et la libération de tous les être humains quelle que soit la classe, la race, le genre ou la sexualité. Cette lutte se heurte naturellement aux courants conservateurs, réactionnaires et fascistes. La lutte antifasciste est donc indispensable.

L’antifascisme, s’il veut être efficace, ne peut donc se réduire à la lutte contre le fascisme et doit absolument prendre en considération la question de la lutte des travailleurs pour leur émancipation. Il ne peut y avoir de séparation entre la révolution et antifascisme, à moins de tomber dans le piège du réformisme, aussi radical soit-il. Il ne doit pas non plus refuser de combattre les fascistes là où ils se trouvent, dans la rue. Il ne peut pas non plus se cacher derrière une position moraliste en refusant de voir le racisme, le sexisme, l’homophobie, la transphobie, le validisme, le classisme ou l’agisme là où ils se trouvent, c’est-à-dire dans nos propres organisations dites révolutionnaires. Il ne peut pas se contenter de commémorer les grandes luttes passées sans se confronter à la réalité actuelle qui nécessite plus que jamais un antifascisme radical et révolutionnaire.

G. pour Feu de Prairie

Publié dans Analyse | Tagué , , , , , , , | 2 commentaires

La parole à l’accusé

Benito-Mussolini

Image | Publié le par | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

Tess – Jusqu’à quand?

Publié dans Musique | Tagué , , , , , , | Laisser un commentaire

Hashtnagar : une région communiste au Pakistan

Publié dans Cinéma et télévision | Tagué , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Singe Des Rues – À bout de nerfs

Publié dans Musique | Tagué , , , , , , | Laisser un commentaire

Le fond de l’air est rouge

Le-fond-de-l'air

Image | Publié le par | Tagué , , , , , , , | 1 commentaire