La « Freie Republik Schwarzenberg »

partisansLe site Solidarité Ouvrière nous gratifie d’un article poussé sur la La «Freie Republik Schwarzenberg», une expérience d’auto-organisation ouvrière antifasciste ayant eu lieu pendant la période troublée de la chute du régime nazi. Un seul héros… le peuple!

Si on a encore aujourd’hui tendance à voir l’Allemagne de 1933 à 1945 comme un pays entièrement nazifié, force est de constater qu’on trouvait encore en 1945, après des années d’un régime de terreur, des militantes et des militants issus du mouvement ouvrier capables de lancer des insurrections pour mettre tenter de mettre le plus vite possible un terme à la guerre comme en Haute-Bavière en avril 1945. Dans la région de  Schwarzenberg, située dans les Monts Métallifères de Saxe, pendant 42 jours, ce sont les comités d’action anti-fasciste qui ont exercé le pouvoir.

Cette petite région autour de Schwarzenberg, d’une vingtaine de kilomètres de Aue au nord à Johanngeorgenstadt au sud et d’une trentaine de kilomètres d’Ouest en Est, n’était, lors de la capitulation sans condition du IIIème Reich le 8 mai 1945, occupé ni par l’armée américaine ni par l’armée soviétique. Les raisons pour lesquelles cette zone n’a pas été occupée restent soumises à différentes interprétations et débats entre historiens. Vingt-et-un villages et villes se trouvaient dans cette zone non-occupée.

Dès la mi-avril 1945, alors que la fin du régime hitlérien est proche, des militants antifascistes  constituent des organisations unitaires prêtes au combat si les nazis tentent de prolonger la guerre à l’approche des troupes alliées. Ainsi, à Stollberg, un « comité antifasciste prolétarien » se créé le 13 avril 1945 à l’initiative de Hilde Riedel, comité de coordination entre différents groupes anti-nazis et qui compte parmi ses responsables les militants W. Riedel, H. Bley, G. Gräbner,E. Dittmann, E. Jacob, A. Scheffler, K. Stemmler, G. Junghanns, A. Grätz, et F. Reuther.  Le 16 avril, les troupes américaines prennent la ville de Wilkau-Haßlau, à environ 200 kilomètres au nord-ouest de Aue, sans combat. En effet, une manifestation des femmes de la ville force la direction nazie à cesser les combats et à se rendre aux troupes américaines. A Zwicau, 25 kilomètres environ au nord de Aue, un comité d’action antifasciste de 39 personnes est constitué, comité qui comporte six militants du KPD (Parti Communiste d’Allemagne) et six militants du SPD (Part Social-Démocrate d’Allemagne). Des conseils d’entreprises sont constitués dans l’ensemble des usines de la ville.

Communisme Ouvrier – Suite et images en lien

Cet article, publié dans Histoire, est tagué , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s