Terreur ordinaire

immeuble reims

Un article du blog Servir le Peuple au sujet de l’explosion ayant eu lieu dans un immeuble populaire à Reims. Le genre de drame quotidien qui frappe le bas de l’échelle sociale, comme les suicides, les accidents de transport et de travail, les violences, l’alcoolisme, la drogue, les « bavures » policières… Dans notre monde, sous le capitalisme, on oublie bien vite que tout ceci n’est pas dû au destin mais à un système inhumain et destructeur. Les choses doivent changer.

Dimanche matin, une explosion due au gaz a soufflé un pan entier d’une barre HLM d’un quartier prolétaire de Reims, en Champagne. Le bilan, toujours provisoire (il reste des ‘personnes manquantes’) est de 3 mort-e-s, 14 blessé-e-s dont un (au moins) très grièvement, parmi lesquel-le-s des enfants ; tandis que plus de 300 personnes se retrouvent délogées de leur habitation, dont 53 (sans solution immédiate de relogement) s’entassent à l’heure actuelle dans un gymnase comme des réfugié-e-s de guerre.

Des réfugié-e-s de guerre… OUI, car cette tragédie est un nouvel épisode, particulièrement meurtrier, de la GUERRE NON-DÉCLARÉE CONTRE LES CLASSES POPULAIRES que mène, depuis maintenant des siècles mais avec une intensité renouvelée depuis les années 1970 (seconde crise générale du capitalisme), le système bourgeois. Une guerre que le grand capitaliste US Warren Buffet (mais ç’aurait pu être n’importe lequel de ses comparses BBR), il y a quelques années, reconnaissait avec une mine enjouée et affirmait que ‘sa classe’, la bourgeoisie, était ‘en train de (la) gagner’ – de cela, nous nous ferons un jour un plaisir de le démentir (lui et ses semblables), en le collant contre un mur.

Un épisode particulièrement insupportable, rapporté par des témoins (habitant-e-s du quartier), est que, alors que des victimes émergeaient des décombres et suppliaient à l’aide, plus de 40 hommes du peuple en parfaite condition physique ont été empêchés, par les ‘premiers secours’, de procéder à un début de déblaiement qui aurait peut-être pu sauver des vies ; cela au nom des ‘procédures’, ce maître-mot de l’ordre capitaliste crachant quotidiennement au visage des masses le mépris et l’infantilisation qu’il leur voue. D’ailleurs (et pire), à l’écoute des premiers témoignages des personnes présentes, il est même permis de se demander si le bilan humain n’est pas bien plus lourd que ce que nous annoncent les merdias aux ordres…

L’immeuble, nous disent ces même merdias, était ‘vétuste’… En réalité, cette ‘vétusté’ n’est en rien une exception ; mais au contraire une parfaite généralité de la relégation qui frappe, en Hexagone, des millions et des millions de personnes du peuple : l’on estime ni plus ni moins qu’à 8 millions le nombre de personnes, en ‘France’, ayant des ‘difficultés’ pour se loger, parmi lesquelles 3,6 millions de ‘mal-logé-e-s’ proprement dit-e-s et de sans-domiciles (au nombre de 685.000). Plus de 4 millions de logements (soit, potentiellement, dans les 10 millions de personnes) relèvent du logement dit ‘social’, autrement dit, des HLM dont bon nombre sont en tout point comparables à la barre qui a sauté à Reims. En 2011 a été procédé à pas moins de 113.000 expulsions : des personnes qui, faute de revenus suffisants pour SE PAYER le droit élémentaire qu’est un toit, se retrouvent jetées sur le trottoir avec toute leur vie et leurs maigres biens personnels… Cela parce que dans le système capitaliste à son apogée réactionnaire, lorsque le Capital a englobé tous les aspects de la vie sociale, le mètre carré habitable devient comme tout le reste une VALEUR MARCHANDE, un capital à valoriser. Et, depuis maintenant plus d’une décennie, la valeur ‘locative’ du mètre carré habitable a, sous l’effet de la spéculation (inévitable en temps de crise généralisée), explosé, rendant le logement décent (en termes d’espace, de commodités et de non-vétusté) tout simplement inaccessible pour des revenus populaires de 1.000-1.500 euros par mois, voire moins. Peu importe que se loger soit un droit humain fondamental, élémentaire, inaliénable… La ‘France’ n’est-elle pas, d’ailleurs, depuis qu’elle est ‘république’, une république de propriétaires et particulièrement de propriétaires fonciers (ils sont des millions, particuliers ou régies immobilières, sans oublier les offices HLM ou… l’État lui-même – et bien sûr les bailleurs ruraux à la campagne) ; dont toutes les lois (sur les baux immobiliers, le logement, l’urbanisme etc.) vont littéralement dans ce sens ?

Servir le Peuple

Cet article, publié dans Actualité de la lutte et rapports de force, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Terreur ordinaire

  1. M. dit :

    Salut
    J’habite dans le quartier et il m’est assez insupportable de voir les commentateurs hysteriques de Servir le Peuple parler de ce drame, bien qu’évidemment certains points soulevés par le commentaires soit parfaitement correct, et notemment sur la situation du logement social les allégations de types « plus de 40 hommes du peuple en parfaite condition physique ont été empêchés, par les ‘premiers secours’, de procéder à un début de déblaiement qui aurait peut-être pu sauver des vies » releve de l’entretien d’une suspiçion malsaine. En fait pour etre plus clair ça me fait me chier que ce blog s’exprime sur la situation de mon quartier qu’il ne connait que par des commentaires mediatiques et qu’il passe à la moulinette de son prisme ideologique.

    Fraternellement

    • feudeprairie dit :

      Salut, si tu as des informations supplémentaires n’hésite pas à les partager ou à les communiquer directement au blog Servir le Peuple (qui assume son prisme idéologique), cela les intéressera si ça peut permettre de compléter/rectifier une information. Néanmoins il est positif de se révolter face à une telle situation, même si différentes personnes peuvent vivre différemment le même évènement. En bref n’hésite pas à donner ton point de vue sur les éléments, parler de ce qu’on connait c’est encore le meilleur moyen d’améliorer les analyses du sujet qui peuvent être faites.

  2. SLP dit :

    Le commentaire ne visait pas à entretenir une suspicion malsaine, mais à illustrer le mépris et l’infantilisation dans lequel le système, ses ‘spécialistes’ et ses ‘procédures’ enferment les masses populaires : 40 hommes, généralement ouvriers (peut être du bâtiment) ont ainsi été jugés incapables de procéder à un premier déblaiement même sommaire…
    Maintenant si tu considères qu’il faut être du quartier ou du ‘coin’ concerné pour avoir droit à une opinion et à la révolte… c’est ton droit et on va aller loin comme ça. Mais ce n’est pas notre opinion. D’ailleurs je suis plutôt d’avis que beaucoup d’habitant-e-s du quartiers se sont largement reconnu-e-s dans l’article et ont apprécié une solidarité venant de l’autre bout de l’Hexagone… Je crois déceler dans ta réaction une certaine malveillance, et déceler de quel genre du sectouille politique tu sers le combat contre SLP.

  3. SLP dit :

    FdP peut d’ailleurs jeter un petit oeil à la localisation de ton IP…😉 j’ai même comme un doute que tu sois réellement « du quartier ». Je crois plutôt que tu es un de ces « professionnels » du commentaire destructif sur internet. La révolte contre les « 40 hommes empêchés par les pompiers de commencer à déblayer » ce n’est pas mon jugement personnel, c’est tout simplement celle d’un… habitant interrogé par les journalistes peu après le drame. Ils étaient tout un groupe d’habitants, évidemment sous le choc, et il disait « on était 40 mecs, il y avait un bras qui dépassait et des appels à l’aide, on leur a proposé de déblayer et ils ne nous ont même pas laissé »… tu le connais peut-être… si tu es « du quartier » hahaha😀

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s