Contre la récupération de la Commune par les nationalistes

marx republique

Si la république parlementaire, comme disait M. Thiers, était celle qui « les divisait [les diverses fractions de la classe dirigeante] le moins », elle accusait par contre un abîme entre cette classe et le corps entier de la société qui vivait en dehors de leurs rangs clairsemés. Leur union brisait les entraves que, sous les gouvernements précédents, leurs propres dissensions avaient encore mises au pouvoir d’État. En présence de la menace de soulèvement du prolétariat, la classe possédante unie utilisa alors le pouvoir de l’État, sans ménagement et avec ostentation comme l’engin de guerre national du capital contre le travail. Dans leur croisade permanente contre les masses productrices, ils furent forcés non seulement d’investir l’exécutif de pouvoirs de répression sans cesse accrus, mais aussi de dépouiller peu à peu leur propre forteresse parlementaire, l’Assemblée nationale, de tous ses moyens de défense contre l’exécutif. L’exécutif, en la personne de Louis Bonaparte, les chassa. Le fruit naturel de la république du « parti de l’ordre » fut le Second Empire.

L’empire, avec le coup d’État pour acte de naissance, le suffrage universel pour visa et le sabre pour sceptre, prétendait s’appuyer sur la paysannerie, cette large masse de producteurs qui n’était pas directement engagée dans la lutte du capital et du travail. Il prétendait sauver la classe ouvrière en en finissant avec le parlementarisme, et par là avec la soumission non déguisée du gouvernement aux classes possédantes. Il prétendait sauver les classes possédantes en maintenant leur suprématie économique sur la classe ouvrière; et finalement il se targuait de faire l’unité de toutes les classes en faisant revivre pour tous l’illusion mensongère de la gloire nationale. En réalité, c’était la seule forme de gouvernement possible, à une époque où la bourgeoisie avait déjà perdu, – et la classe ouvrière n’avait pas encore acquis, – la capacité de gouverner la nation. Il fut acclamé dans le monde entier comme le sauveur de la société. Sous l’empire, la société bourgeoise libérée de tous soucis politiques atteignit un développement dont elle n’avait elle-même jamais eu idée. Son industrie et son commerce atteignirent des proportions colossales; la spéculation financière célébra des orgies cosmopolites; la misère des masses faisait un contraste criant avec l’étalage éhonté d’un luxe somptueux, factice et crapuleux. Le pouvoir d’État, qui semblait planer bien haut au-dessus de la société, était cependant lui-même le plus grand scandale de cette société et en même temps le foyer de toutes ses corruptions. Sa propre pourriture et celle de la société qu’il avait sauvée furent mises à nu par la baïonnette de la Prusse, elle-même avide de transférer le centre de gravité de ce régime de Paris à Berlin. Le régime impérial est la forme la plus prostituée et en même temps la forme ultime de ce pouvoir d’État, que la société bourgeoise naissante a fait naître, comme l’outil de sa propre émancipation du féodalisme, et que la société bourgeoise parvenue à son plein épanouissement avait finalement transformé en un moyen d’asservir le travail au capital.

L’antithèse directe de l’Empire fut la Commune. Si le prolétariat de Paris avait fait la révolution de Février au cri de « Vive la République sociale », ce cri n’exprimait guère qu’une vague aspiration à une république qui ne devait pas seulement abolir la forme monarchique de la domination de classe, mais la domination de classe elle-même.

La Commune fut la forme positive de cette république.

Paris, siège central de l’ancien pouvoir gouvernemental, et, en même temps, forteresse sociale de la classe ouvrière française, avait pris les armes contre la tentative faite par Thiers et ses ruraux pour restaurer et perpétuer cet ancien pouvoir gouvernemental que leur avait légué l’empire. Paris pouvait seulement résister parce que, du fait du siège, il s’était débarrassé de l’armée et l’avait remplacée par une garde nationale, dont la masse était constituée par des ouvriers. C’est cet état de fait qu’il s’agissait maintenant de transformer en une institution durable. Le premier décret de la Commune fut donc la suppression de l’armée permanente, et son remplacement par le peuple en armes.

La Commune fut composée des conseillers municipaux, élus au suffrage universel dans les divers arrondissements de la ville. Ils étaient responsables et révocables à tout moment. La majorité de ses membres était naturellement des ouvriers ou des représentants reconnus de la classe ouvrière. La Commune devait être non pas un organisme parlementaire, mais un corps agissant, exécutif et législatif à la fois. Au lieu de continuer d’être l’instrument du gouvernement central, la police fut immédiatement dépouillée de ses attributs politiques et transformée en un instrument de la Commune, responsable et à tout instant révocable. Il en fut de même pour les fonctionnaires de toutes les autres branches de l’administration. Depuis les membres de la Commune jusqu’au bas de l’échelle, la fonction publique devait être assurée pour un salaire d’ouvrier. Les bénéfices d’usage et les indemnités de représentation des hauts dignitaires de l’État disparurent avec ces hauts dignitaires eux-mêmes. Les services publics cessèrent d’être la propriété privée des créatures du gouvernement central. Non seulement l’administration municipale, mais toute l’initiative jusqu’alors exercée par l’État fut remise aux mains de la Commune.

Une fois abolies l’armée permanente et la police, instruments du pouvoir matériel de l’ancien gouvernement, la Commune se donna pour tâche de briser l’outil spirituel de l’oppression, le pouvoir des prêtres; elle décréta la dissolution et l’expropriation de toutes les Églises dans la mesure où elles constituaient des corps possédants. Les prêtres furent renvoyés à la calme retraite de la vie privée, pour y vivre des aumônes des fidèles, à l’instar de leurs prédécesseurs, les apôtres. La totalité des établissements d’instruction furent ouverts au peuple gratuitement, et, en même temps, débarrassés de toute ingérence de l’Église et de l’État. Ainsi, non seulement l’instruction était rendue accessible à tous, mais la science elle-même était libérée des fers dont les préjugés de classe et le pouvoir gouvernemental l’avaient chargée.

Karl Marx, La Guerre civile en France, 1871

Cet article, publié dans Histoire, Ils ou elles l'ont dit..., est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Contre la récupération de la Commune par les nationalistes

  1. blackmetalnow dit :

    Je suis d’accord avec toi camarade, la commune de Paris est l’inverse de ce que veule les nationalistes, puisque celle-ci souhaitait être une république universelle, où la nationalité, n’existait plus. Aussi ce n’est pas à ce que l’on croit réellement concernant la guerre entre la france et la prusse qui a déclanché la commune de paris, c’est le choc capitaliste entre la france et la prusse, qui a épuisé les ouvriers et les a obligé à se lever contre les personnes en place, le siège de paris n’a été que le coup de pouce du lancement de la commune de paris. Rien de nationaliste dans tous ça !

    • feudeprairie dit :

      C’est cela, et la Commune était organisée sur un modèle de démocratie directe, où flottait le drapeau rouge, rien à voir avec les récupérations interclassistes des nationalistes qui voudraient en faire un moment du patriotisme parisien ou je ne sais quoi… Ils se ridiculisent toujours plus avec leurs récupérations, comme lorsqu’ils essaient de travestir l’histoire du mouvement républicain en Irlande, qui est clairement marxiste et révolutionnaire.
      Et dire que les « identitaires » parisiens portent des t-shirts avec le slogan « la république des bâtards est née du sang des communards »… Hahaha! On sait de quel côté ils auraient été, à l’époque, eux qui s’indignent de la moindre grève et du moindre outrage à la ripoublique.

      D. pour FdP

  2. Servir le Peuple dit :

    Les identitaires parisiens sont les identitaires du ‘Centre absolu’ de la construction historique ‘France’ : les quartiers aisés voire huppée de la capitale, des Hauts de Seine et de leurs environs… Leur ‘puissance culturelle’ est très grande. Mais attention : s’ils peuvent facilement se revêtir du folklore ‘lumpen’ des ‘apaches’, dans leur tentative de phagocyter le patrimoine populaire francilien, ils peuvent aussi se casser les dents. Je pense que la Commune est un trop gros morceau pour eux. La Commune a été égorgée… précisément par le courant réactionnaire dont ils sont les héritiers (enfin, leurs comparses de ‘province’), à travers l’Action française et Maurras : le courant plutôt ‘terroir’, ‘provincialiste’, ‘terre et morts’… ce que Marx appelle ‘Thiers et ses ruraux’. La tentative de jouer le soi-disant caractère ‘patriote’ de la Commune, communards ‘nouveaux soldats de l’an II’ trahis par les ‘nantis’ qui ont ‘préféré leur compte en banque à l’honneur de la patrie’… mouais pourquoi pas mais ça risque de se fracasser très vite sur le mur de la réalité. Et des contradictions…

  3. Servir le Peuple dit :

    Jouer l’idée d’une ‘Commune saine’, qui aurait été une ‘saine’ réaction patriotique du ‘peuple’ parisien, contre la ‘trahison des forces de l’argent’, malheureusement ‘prise en otage’ par les ‘rouges’ et conduite au massacre fratricide contre le ‘peuple’ de province… à la rigueur ça pourrait se jouer. Mais ‘la république des bâtards est née du sang des communards’, je pense que ça va trop loin… ça les oblige à proposer : ok, la république des bâtards… on est toujours dedans non ? Donc c’est quoi que vous proposez à la place ? Et là c’est la merde, parce que les fafs doivent toujours (forcément) rester dans le flou quand à leur projet ‘révolutionnaire’, vu que celui-ci est un renforcement ultra de l’État actuel, non son renversement. Rappelons d’ailleurs que cette ‘république de bâtards’ ils en avaient célébré (avec Riposte laïque et d’autres) l’anniversaire en septembre 2010, ils avaient organisé une sorte d »apéro républicain’ anti-musulman, un truc dans le genre, ils parient vraiment sur ce que les gens aient une mémoire de poisson rouge.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s