Au sujet de Gandhi

Voici un article du blog néo-zélandais Red Line, traduit par nos camarades de Libération Irlande. Il traite du mythe Gandhi idéalisant un personnage historique « pacifiste », alors que la réalité des luttes populaires en Inde a été bien différente… Et bien plus radicale. Il nous semble intéressant de le partager aujourd’hui, alors que les gandhistes sont utilisés par le gouvernement indien comme « idiots utiles » face à la seule force capable de réellement bâtir un pouvoir populaire dans le sous-continent indien: le mouvement naxalite. L’intégralité de l’article traduit est disponible en lien.

C’est aujourd’hui la journée de Gandhi, journée destinée à célébrer la vie, les œuvres et la philosophie de ce leader auréolé de sainteté et « père spirituel » de l’Etat indien indépendant. Il est toujours difficile de s’attaquer à une figure auréolée de sainteté, mais très souvent ces figures ont des pieds d’argile et sont entourés de mythes qui servent des buts politiques très ordinaires et souvent en toc. La princesse Diana et Mère Theresa en sont des exemples récents. Gandhi est un autre spécimen.

D’après la publicité qui lui est faite, on pourrait croire qu’il est très populaire en Inde et qu’il est vu comme le plus grand homme du pays. Toutefois, d’après une enquête nationale menée par History TV et la CNN indienne, c’est Bhimrao Ramji Ambedkar, personnage tout à fait inconnu en occident, leader historique des Dalits (les Intouchables) et grand critique des positions de Gandhi vis-à-vis des Intouchables, qui a été nommé le plus grand homme de l’Inde de tous les temps. Sur google, le nom d’Ambedkar est plus souvent recherché que celui de Gandhi.

L’un des grands mythes construits par les propagandistes de Gandhi est que l’indépendance de l’Inde a été gagnée au moyen des protestations pacifiques menées par le ‘Mahatma’. La réalité est différente. D’un côté, tant qu’elle voulait garder l’Inde et maintenir sa répression, y compris la répression violente, la Grande-Bretagne a pu endiguer et mépriser le mouvement de Gandhi. D’un autre côté, après la deuxième Guerre Mondiale, la Grande-Bretagne n’a tout simplement plus été en mesure de maintenir sa domination sur l’Inde. La Grande-Bretagne est sortie endettée et ravagée par la guerre. Mais tant que le capital britannique pouvait continuer à exploiter les régions dominées par la Grande-Bretagne, l’Etat britannique pouvait évacuer ses colonies et accorder l’indépendance.

En Inde, la domination britannique était menacée par des luttes radicales de masses, qui pour la plupart n’avaient rien à voir avec Gandhi. Si la Grande-Bretagne avait tenté de se maintenir physiquement, ces luttes de masses se seraient radicalisées d’autant plus, menaçant le capitalisme lui-même.

Cet article, publié dans Analyse, Histoire, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s