« Acta est fabula » : manifestation, contestation spectaculaire et organisation du cyber-militantisme

Depuis deux semaines et la fin de MegaUpload, le net est à l’affût des grands changements qui sont en train de se produire : offensive législative et répressive de la part des Etats et de ceux dont ils défendent les intérêts, à savoir les majors de la production culturelle, par exemple le F.B.I. aux USA, Hadopi en France, et les entreprises Universal et Sony ; résistance virtuelle de cyber-militants de tendance altermondialiste (dans les idées) et autonome-libertaire (dans la pratique), comme les désormais célèbres Anonymous ; communauté des utilisateurs internet qui protestent via facebook ou twitter et s’émeuvent de ce que l’on perturbe leur consommation de séries et de musique… il faut cependant noter aussi les grands oubliés de cette histoire (nommée par certains, de façon quelque peu rhétorique, la World War Web) : l’ensemble des gens qui n’ont pas internet, pays pauvres, luttes populaires, pays sous l’emprise d’un contrôle bureaucratique… je pense que les Nord-Coréens, les Naxalites et les habitants de bidonvilles se fichent totalement de cette W.W.W.

Difficile donc de faire le tri dans tout cela, et de mesurer l’importance de ce qui est en train de se passer. Ces jours-ci, en Europe, se produisent des manifestations d’un genre nouveau : non plus des manifestations contre des expulsions, des délocalisations, ou pour de grandes causes comme les femmes ou les LGBT, mais des manifestations contre des lois qui concernent le seul monde virtuel, et notamment l’ACTA (pour accord commercial anti-contrefaçon, cf. la manifestation d’aujourd’hui, http://www.leparisien.fr/high-tech/les-anonymous-lancent-une-journee-de-manifestations-dans-toute-la-france-28-01-2012-1834073.php). Il ne faut pas s’arrêter aux slogans des manifestations, l’ACTA ne cible pas seulement les contrefaçons numériques comme les fichiers téléchargés illégalement, mais aussi les contrefaçons de produits ou de médicaments. Cependant, les manifestations contre cette loi (la plus grande doit être celle des Polonais, cf. http://fr.euronews.net/2012/01/27/les-polonais-continuent-a-manifester-contre-l-acta/) visent essentiellement le volet Internet de la loi, c’est-à-dire le droit de propriété intellectuelle des fichiers numériques.

Alors, faut-il aller manifester contre ACTA ? En soi, ACTA est une loi inapplicable, puisqu’il est impossible de contrôler la possession et la provenance des millions de fichiers téléchargés sur les téléphones portables, les mp3 voire les ordinateurs. Cette loi se heurte au même problème qu’avaient rencontrés la législation américaine contre le Torrent, et Hadopi en France (qui reste ineffective, quoiqu’en dise notre cher Président Sarkozy, qui se prend pour le paragon de la lutte contre les pirates), à savoir l’impossibilité de contrôler directement les utilisateurs par milliers. Ce pourquoi la justice américaine a préféré s’attaquer directement à MegaUpload, plutôt qu’à ses utilisateurs, par exemple. De plus, il faut noter que ce type de manifestation, qui veut donner une pratique réelle à des idées cyber-militantes, n’est en fait pas sans précédent : nous pouvons dire que ces manifestations sont du même type que celles des Indignés, et ce, pas seulement parce que les Indignés s’y joignent effectivement. En effet, de même que les Indignés sont des « consommateurs de démocratie », qui se plaignent du fait qu’on les a dupés sur la marchandise, les manifestants contre ACTA sont des « consommateurs de liberté virtuelle », qui se plaignent du fait qu’on la leur retire.

En somme, la lutte contre ACTA telle qu’elle se produit actuellement est du même type que la fameuse phrase de l’empereur Auguste sur son lit de mort : « N’ai-je pas bien joué mon rôle ? – Oui. – Applaudissez, la pièce est finie ! (Plaudite, acta est fabula en latin). » Ce type de lutte n’est rien qu’autre qu’une mise en scène de consommateurs mécontents, leur association ressemble fort à une association de défense des consommateurs, et il attendent de l’Etat et du Capital qu’ils soient un peu plus gentils avec eux, un peu plus démocrates, un peu plus sympas sur les prix des derniers CDs de Rihanna. En fait, tout militant d’extrême-gauche devrait prendre en compte l’attaque contre l’Internet : mais non pas à la manière d’un Indigné, plutôt à la manière de quelqu’un qui s’organise, qui devient actif dans sa lutte, et qui comprend que défendre un milliardaire parce qu’il ne peut plus upload/download relève du plus pur opportunisme. Que dire d’un cas comme celui de Triskel, confronté à la DCRI dans des conditions qui rappellent celles de la lutte anti-terroriste (présomption de culpabilité, cas exemplaire, tentative d’intimider les organisations extra-parlementaires, cf. http://owni.fr/2012/01/27/dcri-contre-anonymous/) ? Ne mériterait-il pas davantage de soutien que Kim Dotcom ? Y a-t-il équivalence entre un militant pour la liberté et l’égalité, attaqué par les autorités pour avoir mis en place un relais décentralisé et anonyme,  et un capitaliste qui a été attaqué par les autorités uniquement pour quelque chose comme de la concurrence déloyale ?

La lutte contre le hold-up des Etats et du Capital contre Internet ne devrait pas être une lutte du type « revendication de droits à consommer » mais du type « réapproprions-nous Internet et mettons-le au service des luttes internationales et des classes populaires qui ont un accès restreint aux ressources matérielles et culturelles du fait de leur position socio-économique ». Cela passe notamment par la construction de passerelles entre les luttes réelles et les luttes virtuelles (et non l’invisibilisation des premières par les secondes), l’organisation par exemple en V.P.N. (Virtual Private Network, réseaux privés d’échanges qui peuvent être anonymes, décentralisés et libres d’accès) au lieu de compter sur des multinationales comme MU, et le soutien des militants réprimés.

F. T.

Cet article, publié dans Actualité de la lutte et rapports de force, Analyse, Manifestation, Soutien, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour « Acta est fabula » : manifestation, contestation spectaculaire et organisation du cyber-militantisme

  1. Ping : Anonymous et son évolution « W.A.S MAG

  2. Béatrice André dit :

    Monsieur,

    Qu’il est désolant de lire de tels propos… Ainsi donc, ceux qui se mobilisent contre le traité ACTA ne seraient qu’une bande d’écervelés égoïstes qui n’ont aucunement conscience des réels enjeux dudit traité, ne manifestent qu’en soutien à MegaUpload et pour ne pas perdre le droit de pirater en toute liberté ? En véhiculant de telles inepties, vous ne faites qu’appuyer le rôle des médias qui, par méconnaissance, désinforment la population et lui ancrent une telle image négative de notre combat qu’il sera difficile de rassembler massivement pour empêcher qu’ACTA soit ratifié.

    Non, monsieur, nous ne sommes pas des cons. Non, nous ne luttons pas pour ce que vous décrivez, oui, nous avons pleinement conscience des dangers d’ACTA dans leur globalité. Si le volet lié au monde virtuel est celui qui est le plus mis en avant, c’est parce que nous luttons contre le désir de censure, pour y conserver notre liberté d’expression, pouvoir continuer à dénoncer les dérives gouvernementales et empêcher ces gouvernements de faire d’Internet leur outil de propagande quand nous ne pourrons plus nous y exprimer librement. Oui, nous sommes également conscients des dangers dans de nombreuses autres sphères, mais vous reconnaîtrez que tenter de mobiliser la population en lui parlant des pays du Tiers-Monde ou des médicaments génériques ne sera pas rassembleur. La population, en très grande partie, s’en tape totalement.

    ACTA ne sera qu’un échec comme Hadopi ? Il est impossible de freiner l’activité de millions d’internautes ? Je vous invite à mieux vous documenter sur ACTA… Si les fournisseurs d’accès à Internet ont ordre de filtrer tout ce qui passera par eux, non seulement les fichiers partagés illégalement, mais également les écrits (extraits d’articles, entre autres) qui pourraient être censurés par ceux qui le leur ordonnent, si, monsieur, il sera possible de nous museler. Vous aussi d’ailleurs…

  3. feudeprairie dit :

    Bonjour,

    au final votre commentaire ne fait que confirmer ce que je disais dans l’article.

    1) Vous n’auriez pas manifesté sans la fermeture de MU, alors que l’Internet est menacé depuis longtemps, et que je ne vous ai jamais vu manifester pour qu’Internet soit accessible même aux classes les plus pauvres;

    2) Si votre mobilisation n’est pas massive c’est parce que votre comm était nulle, il fallait vous prendre en main et ne pas faire cela à l’arrache une semaine avant,

    3) Vous luttez contre la censure sans comprendre qu’elle est intrinsèquement liée au système, donc vous faites bien ce que je dis dans l’article, « consommer de la démocratie », attendre qu’on veuille bien vous laisser parler au lieu de vous réapproprier réellement l’espace politique,

    4) Si le Tiers Monde et les médicaments génériques ne mobilisent pas, alors qu’ACTA oui, il faudrait peut-être se poser les bonnes questions … c’est vrai que la santé et les pays qu’on exploite à cause de notre impérialisme ne sont pas de bonnes causes, alors qu’ACTA oui. Cela prouve bien que les gens qui manifestent contre ACTA + la majorité silencieuse n’ont que vaguement conscience des enjeux économico-politiques d’une telle loi.

    5) Je répète qu’ACTA sera totalement inefficace, pour les raisons déjà mentionnées dans l’article, quant à notre propre sécurité merci de vous en inquiéter mais nous nous en chargeons, sans attendre que l’Etat veuille bien nous laisser tranquille dans son immense bonté.

    6) J’ajoute que depuis j’ai visionné la manif des « 22 règles pour manifester » des Anon et cela les fait gravement baisser dans mon estime, a) ça ressemble à une secte, b) ils ne se mouillent pas et ne sont peut-être même pas présents dans les manifs, c) les gens qui ont manifesté contre ACTA sont maintenant bien gentiment fichés (à quoi bon mettre un masque si c’est pour l’enlever quand les flics le demandent ?), d) ils vident de leur contenu l’intérêt d’une manif qui est d’instaurer un rapport de force avec l’Etat et le capital, e) ils enseignent la soumission face à l’autorité injuste, ce que même les libéraux politiques anciens ne faisaient pas (cf. le droit de résistance chez Locke), enfin, f) il faudra m’expliquer en quoi hacker des sites/serveurs et crasher des sites en DDOS n’est pas de la « violence ».

    Cordialement,

    F. T.

  4. Béatrice André dit :

    Je comprends bien votre façon de penser et vous donne raison sur certains points. La discussion est intéressante. Mais que prônez-vous ? Qu’on reste là sans agir parce qu’il y a des causes plus importantes ? Que nous menions des actions mieux organisées et mieux coordonnées ? C’est le bordel total, partout… Nous luttons comme nous le pouvons dans l’urgence. ACTA ayant été élaboré dans le secret, nous n’en avons connaissance que depuis peu, et juin approche. Quand je dis nous, je ne revendique pas faire partie d’Anonymous, même si je soutiens toute bonne initiative de ce mouvement et dénonce les mauvaises (divulgation d’informations personnelles, par exemple, s’il est bien prouvé qu’ils en sont les auteurs). Je parle au nom des nombreux citoyens, internautes, qui se mobilisent pour sensibiliser, informer, ne pas laisser passer la ratification d’un traité qui, nous le savons, n’a pas uniquement pour but de protéger les droits d’auteur.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s