Formalisme

La liberté bourgeoise est pour les prolétaires un simple formalisme, une chose qui n’existe que « sur le papier », une phrase vide, une fiche de consolation; car ils ne sont libres que « pour la forme ».

La phrase pompeuse de la Constitution de Weimar : « Chacun peut acquérir un terrain », ne représente qu’un progrés de pure forme par rapport aux époques où seules certaines classes sociales pouvaient acquérir des terrains, car les prolétaires ne peuvent toujours pas en acquérir on a simplement oublié d’ajouter, de façon moins pompeuse : « s’il a les sous nécessaires ».

L’acquisition, éventuellement possible, d’un bout de terrain dans des jardins ouvriers ne suffit pas à faire du prolétaire un propriétaire terrien.

Le pire des formalismes était le socialisme des nazis, ce socialisme là exige qu’on le démasque par des guillemets; il a trompé beaucoup de gens.

Il y avait l' »union nationale » entre exploiteurs et exploités, entre ceux qui gagnaient l’argent et ceux qui le méritaient, il y avait l' »essor économique », le « miracle économique » , obtenu par le réarmement.

Et sur le papier, le peuple eut une Volkswagen, voiture populaire, mais la dure réalité en fit un tank.

Vous le voyez, on peut, avec la forme, entreprendre toute sorte de choses, pratiquer toute sorte de tromperies et donner l’illusion d’améliorations qui, finalement, ne sont que de « pure forme ».

Bertolt Brecht, Sur le formalisme

Cet article, publié dans Ils ou elles l'ont dit..., est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s