Honte

Le 17 octobre 1961, entre 20 000 et 30 000 algériens et algériennes défilent dans Paris pour protester contre le couvre-feu et plus généralement pour réclamer l’indépendance de l’Algérie.

La manifestation a lieu dans un contexte extrêmement tendu. La situation est arrivée au point de non-retour, trois quarts des français sont favorables à l’indépendance de l’Algérie, le putsch des généraux a lamentablement échoué. Mais d’un autre côté l’Organisation Armée Secrète, ne pouvant accepter cette défaite, s’enfonce toujours plus loin dans la barbarie avec la complicité de la police française.

Paris est donc un lieu d’affrontement entre le FLN et l’OAS, et donc un enjeu politique majeur.

La manifestation pacifique du 17 octobre met la police sur les dents: commandée par le collabo Maurice Papon, elle se prépare à réprimer durement le rassemblement.

Face à une population de tous âges, hommes et femmes, vieux et enfants, venant largement des bidonvilles, souvent ouvrière, les flics déploieront une violence incroyable: il y aura 15 000 arrestations et plusieurs centaines de morts, dont plusieurs jetés à la Seine à partir des ponts.

Ce 17 octobre ne doit donc jamais être oublié. C’est une journée de deuil qui doit rappeler éternellement le courage de la résistance algérienne et la barbarie de l’état français. Pour que les morts ne soient pas tombés en vain il n’y a qu’une seule chose à faire: poursuivre la lutte contre l’impérialisme et le racisme.

Cet article, publié dans Histoire, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Honte

  1. Ping : souvenons nous! « nostalgie moderne

  2. Zeev dit :

    Et après 20 années d’oubli total, c’est un écrivain qui l’a fait ressurgir dans un livre très fort :
    « Meurtres pour mémoire » de Didier Daeninckx, à lier et à relire ainsi que les autres livres de Daeninckx. La littérature aussi est une arme ! contre la bêtise on savait, contre l’oubli et la volonté d’étouffer les crimes D.D. le montre magistralement.

    • feudeprairie dit :

      Oui, sans lui ce crime resterait peut être encore totalement inconnu… Qui plus est il est souvent assimilé à Charonne, pourtant c’est bien le 17 octobre que des centaines de militants pacifiques ont été assassinés.

  3. c’est effectivement une date importante, mais il ne faut pas oublier que la colonisation n’est qu’une succession de crimes en grande partie perpétrés dans les colonies.
    Et s’il faut constater que Charonne est bien plus célébré que le 17 octobre 61 comme le 17 octobre l’est plus que les autres crimes coloniaux commis « outre mer »! et il y a une raison dont il faut se méfier: c’est la croyance que c’est injuste que ça arrive en France (car elle est perçue comme un pays particulier, lumières, droits de l’homme and co) et qui plus est à des « Français innocents »… et on tombe dans un racisme humaniste certes mais un racisme à vomir quand même! 😉

    • feudeprairie dit :

      Yes tout à fait! Ce qui est inexcusable en France est tout aussi abject ailleurs; c’est triste de constater que ce genre de crime sert pour certains « bien pensants » à censurer le passé colonial et toutes ses atrocités. Surtout quand on voit à quel point certains partis de la « gauche » ont cautionné et participé aux crimes de la colonisation.
      Le racisme humaniste mériterait un article à lui seul tellement il imprègne la culture française.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s