Solidarité des peuples en lutte – En Espagne comme ici

Ce contenu a été publié dans Actualité de la lutte et rapports de force, Manifestation, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

7 réponses à Solidarité des peuples en lutte – En Espagne comme ici

  1. Gorri dit :

    Hum, « Espagne » et « régionalisme » ne pouvaient pas être plus mal choisis…

    • feudeprairie dit :

      Ce n’est pas un constat, disons que c’est programmatique, comme les mots clé « révolution » ou « communisme ». Car oui tu as raison si tu sous entends que l’état espagnol est particulièrement dur dans sa répression voire sa négation des peuples – comme l’état français.

  2. Gorri dit :

    Ben le constat c’est que ces manifestants rejettent le concept d' »España », c’était même central dans la manif.
    Je sais pas ce que vous entendez par régionalisme, mais ça c’est plus ou moins la bourgeoisie PSOE voire des bourgeoisies type PNV, le folklorisme quoi. « Nationalisme » c’est moche mais ça se rapproche infiniment plus de la réalité, « patriotisme révolutionnaire » on peut dire génériquement avec ses déclinaisons, abertzale etc.

    • feudeprairie dit :

      Ce n’est pas opposé. De ce côté ci des Pyrénées, les partisan-e-s des peuples en lutte dans les frontières de la métropole se définissent globalement comme régionalistes par opposition au centralisme. Même si on peut trouver bien des termes plus précis, il est légitime d’en employer un immédiatement compréhensible.
      Quand on veut abattre l’état impérialiste et « prison des peuples », la pratique est plus déterminante que ce qui est marqué sur l’étiquette (que ce soit mouvement national, nationalisme de libération, régionalisme, déféralisme, anti-impérialisme, indépendantisme, abertzale, emgann, patriottu…).
      Notre « régionalisme » (c’est un mot clé-ceci dit, pas un titre de programme…) n’est pas celui du Modem ou du PSOE, tout comme notre révolution n’est pas celle du Front de Gauche, tout comme le républicanisme n’a pas la même signification à Belfast et à Paris.
      voilà voilà.

  3. Servir le Peuple dit :

    En général j’emploie « régionaliste » entre guillemets, pour montrer que je reprends un terme de l’ennemi.

    Je ne crois pas qu’on emploie le mot régionalisme dans l’État espagnol, vu que le mot même de région n’est pas employé (on parle de communautés autonomes, d’élections « autonomiques » etc.). Aux élections catalanes de fin 2012 le PSC (PSOE local) faisait campagne sous le slogan d' »Espanya federal », on peut donc qualifier sa ligne de fédéraliste…

    Dans l’État français les forces qui se disent « régionalistes » (car il n’y a pas que l’ennemi qui l’emploie) ou « autonomistes » sont les forces nationalistes bourgeoises (généralement de centre-droite, parfois de droite plus dure en lien avec le maurrassisme) ou petite-bourgeoise (généralement de centre-gauche, associée aux Verts). Il n’y a qu’en Corse qu’il y a de véritables indépendantistes bourgeois (difficilement classable à droite ou à gauche) mais même là ils ne sont pas hégémoniques : ils sont supplantés par les autonomistes, comme Simeoni qui vient de remporter la mairie de Bastia. Et puis Adsav en Bretagne mais ils sont quoi, 50 ? Ailleurs il y a à la rigueur des séparatistes-rattachistes : à la Suisse en Savoie, à l’Allemagne (ou à la Suisse) en Alsace…
    Tout cela correspond plus ou moins à ce qu’on appelle « nationalistes » dans l’État espagnol, ceux-ci ayant cependant une tendance indépendantiste plus prononcée (en EH et Cat en tout cas).

    Les seules forces réellement indépendantistes en Hexagone (hors Corse et Adsav en Bretagne) sont de gauche radicale ou révolutionnaire (Breizhistance, la gauche radicale abertzale, un peu Libertat encore que…).

    Quoi qu’il en soit, tout cela me semble très prisonnier (mentalement) de la conception bourgeoise de la Nation et de l’État (c’est pas une critique, c’est un constat et c’est normal vu les siècles que l’humanité pense comme ça).

    Pour nous, schématiquement, occitanité est synonyme de conscience révolutionnaire de son histoire et de sa situation actuelle (et donc de volonté révolutionnaire de changer cette situation), tandis que « français » est synonyme de conscience de classe BOURGEOISE ou alors d’aliénation. Au niveau politique nous voulons des Communes qui se fédèrent d’échelon en échelon jusqu’au niveau de l’Europe-Méditerranée et du Monde. Qu’un échelon soit l’actuel Hexagone, vu les siècles de « même bateau » face au même ennemi, pourquoi pas si ça ne veut pas dire hégémonie d’une région sur les autres. En « Espagne » on qualifierait notre point de vue de « cantonaliste » en référence à un mouvement des années 1870, assez similaire à nos Communes de la même époque.

    N’ayant pas peur de grand chose, et certainement pas du néologisme, nous qualifions notre rapport à l’Occitanie et aux autres Peuples de la prison « France » de « libérationisme » et de Libération Révolutionnaire des Peuples (LRP) abandonnant le terme trop interclassiste de « libération nationale ».
    LRP dont un État occitan ou breton indépendant n’est pas forcément synonyme, si c’est un État bourgeois (cf la République d’Eire en Irlande, ou tous les pays issus de la Yougoslavie ou de l’URSS). Et dont un Hexagone des Communes populaires n’est pas forcément antinomique.

  4. Servir le Peuple dit :

    (régionaliste = un terme de l’ennemi car les jacobins aiment bien nous foutre tous dans ce grand sac, pour nous faire passer pour des espèces de félibres ou de vieux druide dans la Brocéliande, avec leurs délires « petits bourgeois » et « semi-fascistes »)…

  5. doctor louarn dit :

    Le terme régionalistes n’est vraiment pas approprié il faut l’admettre « auto détermination des peuples » « luttes nationalitaires » « luttes de libération nationale » Le régionalisme en lui même n’est pas non plus intrinsequement réactionnaire, les identités des peuples peuvent s’emboiter en fonction des évolutions sociologiques, historiques de la société (pour l’exemple: Les tibétains se sentent chinois, leur mouvement est régionaliste, ils pourraient être révolutionnaires que ca n’y changerait rien. Alors qu’ils ont effectivement été annexés par la Chine). Sinon tout a fait d’accord avec servir le peuple, sauf que les druides on s’en fout, on va pas se mettre a les descendre pour se revaloriser.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s